Quand le désir de tomber enceinte devient une obsession

vouloir-tomber-enceinte

Partage l'article sur

Partage l'article sur

Je n’ai pas toujours su que je voulais être mère. Ce n’est qu’à l’âge de mes 32 ans, après un bouleversement dans ma vie, que j’ai ressenti un fort désir de maternité et de tomber enceinte. JAMAIS je n’aurais pu imaginer que vouloir vivre une grossesse et avoir un enfant deviendrait un parcours de combattante! L’infertilité m’a frappé de plein fouet!

Mon parcours, c’est finalement : tristesse, colère, jalousie, culpabilité, déménagement, solitude, obsession, honte, 1re PMA, endométriose, opération, pause, yoga de la fertilité, confiance, sérénité, légèreté, apaisement, solopreneure, 2e PMA… un beau résumé de mes 4 dernières années! 

Je te partage ici mon vécu, en toute sincérité et vulnérabilité parce que l’infertilité est un sujet TABOU et que ça doit cesser de l’être ✊! Je te raconte mon parcours de fertilité pour contribuer à normaliser ce problème qui touche 15% des couples au Canada et en France. C’est quand même beaucoup! C’est pourquoi je veux aider les femmes à se sentir moins seules dans leur souffrance et les encourager à parler de ce qu’elles vivent! Je sais que ce n’est pas facile.

J’espère que mon récit fera écho en toi 💓

Quand ton souci principal est de ne pas tomber enceinte

J’ai rencontré mon amoureux à 26 ans. Lui allemand, moi québécoise, passionnés par la montagne, l’aventure et les voyages, nous avons bien profité de nos premières années ensemble à vadrouiller main dans la main, libres et connectés. Un de nos soucis: nous protéger d’une grossesse surprise en utilisant une contraception naturelle, la symptothermie. On peut dire que ça a bien fonctionné! 

Quelques années plus tard, nous nous sommes finalement déposés dans un très bel endroit au pied des Alpes en France. Nous avions tous les deux un travail stable dans nos domaines respectifs. La routine s’est installée.

Deux ans plus tard, j’ai fait un burn-out. Épuisée par ce travail qui avait éteint mon feu intérieur, j’ai dû prendre quelques mois d’arrêt pour revoir les fondements de ma vie et les projets vibrants qui allaient raviver ma flamme. Un bouleversement dans ma vie.

Quand l’horloge biologique sonne

Tomber enceinte, devenir mère et fonder une famille est, pour plusieurs femmes, un souhait depuis l’enfance. Elles se projettent depuis des années dans le rôle de mère.
 
Moi ce n’était pas le cas. Avant la trentaine, je n’ai jamais ressenti un grand désir de la maternité. Je me suis souvent questionnée sur le sujet sans jamais trouver de réponse claire.
 
Mais à mes 32 ans, suite à mon burn-out, j’ai eu une grande remise en question de ma vie. Je me sentais loin de ma famille au Québec et un peu seule. Et c’est là que j’ai ressenti dans mon corps que je voulais vivre une grossesse. Je sentais le besoin de devenir mère et de voir un petit être grandir à mes côtés. Mon horloge biologique sonnait!

Oh que j’étais loin de me douter que d’avoir un enfant serait aussi long et périlleux…

Arrêter la contraception et penser que la grossesse arrivera par magie!

Il faut se rappeler que jeune, on nous apprend l’importance de se protéger contre toute grossesse surprise, c’est un des principaux enjeux enseignés! Par contre, on ne nous apprend pas que vouloir un enfant peut être une mission périlleuse qui peut durer des années. Nous ne sommes pas préparés à une éventuelle infertilité, à subir d’aussi grands obstacles pour avoir un enfant et à vivre une détresse psychologique aussi forte.

Quand j’ai fait part de mon désir de parentalité à Seb, mon amoureux, il était ok. Je ne dirais pas qu’il a sauté de joie au début, mais il était d’accord d’essayer! J’ai donc arrêté la symptothermie et commencé l’acide folique. Je n’avais plus envie de calculer les jours fertiles et je ne voulais pas nous mettre de pression de faire l’amour absolument aux meilleurs moments féconds. Je voulais que notre bébé soit conçu de façon spontanée, fluide et magique! 

On était loin d’imaginer l’ampleur du projet dans lequel on plongeait!

Après un an d’essai spontané, j’ai commencé à me poser des questions. J’ai donc recommencé la symptothermie (c.-à-d. prendre sa température tous les matins pour bien connaître ma fenêtre fertile).

Et c’est à ce moment que nous avons commencé à programmer les jours où il fallait faire l’amour

J’ai aussi adopté la technique des jambes levées après l’acte, consommé des suppléments de Vitamine D, de zinc, de magnésium et d’huile d’onagre. Peu à peu, j’ai diminué ma consommation d’alcool et de café.

Se sentir coupable de ne pas tomber enceinte et le fameux “Pourquoi elles et pas moi?”

Plus je mettais d’attention à notre projet bébé, plus mes niveaux d’angoisse et d’inquiétude augmentaient.

Et là, les questions sans réponse extra culpabilisantes ont commencé à tourner en rond dans ma tête

  • qu’est-ce qui ne marche pas dans mon corps?
  • pourquoi les femmes autour de moi tombent enceinte aussi vite et pas moi?
  • qu’est ce qu’il faut que je fasse de plus?
  • qu’est-ce que je fais de mal?
  • est-ce à cause de mon rythme de vie, du verre de vin en trop, de mon jogging, de mon shampoing, du WIFI, de mon enfance, de mes traumas, de mon couple…?

Ces questions m’ont détruit peu à peu.

Avec le recul, je sais maintenant qu’il n’y a pas de réponses à ces questions. Ça prend du temps et tout qu’un processus avant de le comprendre!

Isolement, honte et vie sur pause

Deux ans après le début des essais bébé, nous avons déménagé en Allemagne. Mon arrivée dans ce pays a été éprouvante. Je me suis sentie seule, isolée et profondément triste. Toutes mes pensées étaient dirigées vers ce bébé que je désirais tant, mais qui n’arrivait pas. Je n’osais rien entreprendre dans ma vie. Plus les mois passaient, plus l’arrivée de mes menstruations me plongeait dans une grande noirceur. J’ai vécu cette période en suspension.

Au fil des mois, mes règles sont aussi devenues de plus en plus douloureuses. Je me doutais que quelque chose ne fonctionnait pas.

Chercher la solution miracle qui booste la fertilité pour tomber enceinte

J’ai commencé à passer beaucoup de temps à chercher sur internet la solution miracle, la potion magique, la recette secrète qui allait me faire tomber enceinte…

Grande surprise, je n’ai rien trouvé! Il n’y a pas de recette miracle pour tomber enceinte, désolée

En fait, j’ai compris assez vite que ce qui allait m’aider le plus serait d’optimiser ma santé générale et gynécologique. J’ai cherché à comprendre pourquoi mes douleurs menstruelles étaient aussi fortes et handicapantes. 

Ma gynécologue m’a dit que c’était normal, mais au fond de moi je savais que ça ne l’était pas! Il n’y a rien de normal à souffrir pendant ses menstruations!!! Arrêtons de dire ça aux filles et aux femmes svp!!

Alors, pour guérir de mes crampes menstruelles, je suis passée par différentes méthodes comme l’acupuncture, le massage thérapeutique pour la femme, l’automassage, la biorésonnance, la psychothérapie et l’ostéopathie. J’ai pris des suppléments alimentaires, j’ai modifié mon alimentation vers une nutrition plus ayurvédique, j’ai banni plusieurs produits contenant des perturbateurs endocriniens et j’ai pratiqué le yoga de la fertilité.

J’ai testé beaucoup de choses! Avec le temps, je n’ai gardé que quelques thérapies/soins qui me font vraiment du bien et où j’ai observé une réelle différence dans ma santé. Je continue toujours de pratiquer régulièrement le yoga de la fertilité, de m’alimenter de façon ayurvédique, de m’automasser et de limiter l’utilisation de perturbateurs endocriniens.

Le yoga de la fertilité, un outil incroyable pour combattre l’infertilité

Je me permets un petit aparté ici.

Si tu me suis déjà sur les réseaux sociaux, tu sais probablement que le yoga de la fertilité m’a énormément aidé dans mon parcours. Depuis que j’ai intégré cette forme de yoga dans ma vie, je me sens réellement mieux dans mon corps et plus apaisée dans ma démarche de procréation. Je sais que ça m’aide vraiment et je sais que ça peut aussi aider d’autres femmes à mieux vivre leur parcours.

Le yoga de la fertilité a plusieurs bienfaits reconnus scientifiquement pour aider la femme à se mettre dans les meilleures conditions pour accueillir une grossesse. Les études montrent que la pratique régulière du yoga de la fertilité:

  • Réduit le stress, l’anxiété et les ascenseurs émotionnels
  • Améliore le flux sanguin et énergétique vers les organes reproducteurs 
  • Harmonise le système hormonal
  • Stimule les pouvoirs d’autoguérison
  • Diminue le sentiment de perte de contrôle
  • Favorise la fertilité naturelle
  • Régule le cycle menstruel et diminue les SPM
  • Donne confiance en soi et son corps

Selon moi, la pratique de ce yoga spécialisé en préconception est une étape clé vers le développement d’une relation harmonieuse et respectueuse avec son corps pour accueillir une grossesse. On travaille à la construction d’un petit nid douillet et aimant pour son bébé.

Si tu veux en savoir plus sur le yoga de la fertilité et ses bienfaits, je t’invite à me suivre sur Instagram ou Facebook, visiter mon site web et à rester à l’affût de mes prochains articles de blog qui traiteront plus en profondeur ce sujet.

Bonjour PMA

Donc, après 3 ans d’essai bébé, nous avons décidé de prendre rendez-vous dans une clinique de fertilité. Cette première expérience en PMA (Procréation Médicalement Assistée) n’a pas été agréable et concluante. Mais maintenant, avec le recul, je comprends qu’elle a été très formatrice!

Tu es curieuse de savoir comment s’est déroulée notre première tentative de PMA? Alors, lis mon prochain article ici!

Kiss & Love 💗

Tu aimes mes articles?


Abonne-toi à mon Infolettre
pour rejoindre mon univers doux et fertile!

 

PS: Si tu ne reçois pas de courriel de confirmation, regarde dans tes spams!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.